Maireche Ryma

Physiologie de l’audition

I.Le son :

→ Partie audible du spectre des vibrations acoustiques : 20 – 20000 Hz ; ++ sensible à 1000 – 4000 Hz

audiogra

Fréquence : Nbr de vibrs/sec (Hz) Sons aigus/grave

Intensité (amplitude) : Db (décibel) : sons forts/faibles

Seuil auditif : Pt de rupture du silence : 0 Db

Son ˃ 120 Db → Génant Son ˃ 140 Db → Douloureux

Zone conversationnelle : 30 – 30k HZ

 

 

 

 

 

 

 

 

II. Anatomie fonctionnelle de l’oreille :

Oreille externe Oreille moyenne Oreille interne
Pavillon + conduit auditif Tapissés par le cérumen Rôle :

  • Protection du tympan
  • Captation
  • Localisation des sons
  • Participation à l’audition binaurale
Caisse du Tympan ( Entre Tympan et fenêtre) + T.Eustache (Communication avec le pharynx) + osselets (Marteau, enclume, étrier)

Rôle :

  • Transmission tympan → Or.Int
  • Adaptation d’impédance entre milieux aérien et liquidien
  • Amplificateur de pression

→80 db : Réflexe stapédien → Blocage des osselets → Atténuation des sons.

Système de canaux (Ping Histo :3)

La cochlée :

Canal osseux spiralé en 2tours ½ divisé en 3 rampes :

Vestibulaire → fenêtre ovale Tympanique → fenêtre ronde

*ces deux remplis de périlymphe

Médiane (canal cochléaire) → endolymphe ( K+ +++)

Organe de corti : Récepteur auditif du canal cochléaire, constitué de C. réceptrices primaires INT et EXT.

Cellules auditives : (ciliées) : présentent 3 rangées de cils au pôle apical, en contact de l’endolymphe+ Kinocil Internes : Alignées

Externes : En V

→ Pôle basal : présence de synapses Glutamatergiques avec les dendrites des C. sensorielles secondaires + Synapses cholinergiques avec des axones afférents des fibres centrifuges.

III.Propagation des ondes sonores :

    1. Le pavillon dirige les ondes vers l’oreille externe
    2. Lorsque les ondes frappent la membrane tympanique, elle vibre d’avant en arrière (lentement pour les basses fréquences et vice versa)
    3. La région centrale du tympan est reliée au marteau qui vibre → enclume → étrier
    4. Le mouvement de l’étrier pousse la membrane de la fenêtre ovale qui à son tour engendre des mouvements hydrauliques de la périlymphe (cochlée)

Les mouvements font vibrer la membrane basilaire en fonction de l’amplitude du son

Tonotopie chochléaire :

La membrane basilaire est plus étroite mais plus rigide à la base de la cochlée, les sons de haute fréquence induisent des vibrations maximales à ce niveau, l’inverse pour l’apex.

Le codage des sons dépend de la position des cellules sensorielles sur la membrane basilaire

Transduction du signal par les cellules ciliées :

Remarque :

DDP endo / Périlymphe : + 80

DDP Périlymphe / CC : – 90 DDP Endolymphe / CC : – 150

Déplacement de l’onde propagée → Mouvements de cisaillement entre Mb Basilaire et tectoriale → Déflection des cils des CC → Modification du potentiel des CC → L’inclinaison des cils vers l’extérieur induit l’ouverture de canaux K+ → Dépolarisation des CC

CCI : cellules ciliées internes CCE : cellules ciliées externes
  • Cellules sensorielles, connectées à la majorité des neurones type I (95% des fibres du N. Auditif) Assure la transduction mécano-électrique.

→ Dépolarisation (par K+) → ouverture des canaux Ca2+ → Entrée de Ca2+ → libération de glutamate → PR proportionnel à l’amp d’inclinaison des cils → Sortie du K+ et repolarisation

Propriété * : Electromotilité : mécanisme d’amplification qui donne à la cochlée la propriété de codage de sensibilité + sélectivité en fréquences (par le biais de la PRESTINE)

→ Dépolarisation (par K+) → Contraction des CCE → couplage entre Mb basilaire et tectoriale → Amplification locale → Sortie du K+ et repolarisation

Après repolarisation → Ca2+ : Pompé à l’extérieur ou séquestré dans le RE

IV.Innervation afférente :

→ Les axones myélinisés des CCI présentent un haut degré de divergence

→ Les CCE transmettent leur message par des fibres amyéliniques : haut degré de convergence

→ L’électro-contraction des CCE se transforme aussi en vibration des liquides cochléaires et peut être récupérée par un microphone posée sur le conduit externe : Oto-émissions acoustiques (OEA) ‘’Test objectif de la fonction cochléaire’’

V.Audiogramme :

20 ans : Normal

40 ans : Pertes aigues non handicapantes

60 ans : Pertes significatives (gêne de compréhension) 90 ans : Compréhension altérée

Phénomènes centraux de l’audition

I.Rôle des cellules auditives :

Axones des cellules internes Axones des cellules externes
Myélinisés, divergents → Participation directe à l’audition Non myélinisés, convergents →Rôle inconnu

II.Noyau cochléaire :

→ Premier relai central, à afférences unilatérales et lieu de synapse des fibres issues du GG de Corti.

→ Types cellulaires du noyau : C. Primary like, C. Onset, C. Chopper, C. Pauser and buildup

Rôle : codage de l’intensité, la fréquence des sons simples et la transmission

→ Organisation tonotopique : Basses fréquences à la surface, et hautes en profondeur

III.Voies ascendantes primaires :

→ Grosses fibres myélinisées

→ Les axones du noyau cochléaire (NC) rejoignent le complexe olivaire supérieur (COS) par

projection bilatérale (avec prédominance des voies croisées).

→ Les axones qui rejoignent le COS controlatéral forment le corps trapézoïde

→ Présence de relais étagés (Nx de substance grise) : rôle de décodage et interprétation

Inhibition latérale : Une cellule qui code une fréquence préférentielle inhibe ses voisines

IV.Voies auditives non primaires :

Composées de neurones qui se projettent sur les Nx cochléaires dorsaux → Relais dans la formation réticulée et système thalamique diffus → Projection sur cortex associatif poly-sensoriel.

Rôle : Phénomènes comportementaux impliquant des stimuli auditifs (éveil, réactions émotionnelles, réactions végétatives)

V.Cortex auditif :

→ Partie supérieure du lobe frontal

→ L’aire auditive Iaire (41 de Brodman) reçoit des projections directes des V ascendantes

→ L’aire auditive IIaire (42) en plus des Aires polymodales

Organisation fonctionnelle : Tonotopique

Au niveau du cortex I aire : bilatérale, à prédominance controlatérale. Organisation en colonnes fonctionnelles répondant chacune à une fréquence

Binauralité : stimulée par l’oreille controlatérale et inhibée par stimulation de l’homolatérale (en gros on n’écoute pas la même chose avec les 2 oreilles)

→ Cortex I aire : traitement analytique élémentaire (++sons purs) et variation temporale

→ Aire II aire : son complexe et variation spectrale

→ Aire IIIaire : complexe : langage, attention, mémoire auditive

→ Cortex gauche : spécialisé dans le codage temporal : discrimination du langage

VI.Localisation des sons :

à travers 2 mécanismes :

Différence de phase : ++ basses fréquences, Olive supérieure médiane,

Différence d’intensité : ++ fréquence élevée, Olive supérieure latérale

VII.Exploration fonctionnelle :

Potentiel évoqué auditif :

Enregistrement au niveau du cortex, par un électrode sur le crâne à distance de l’oreille. On enregistre 5 ondes de faible amplitude (˂1uV) principales :

I : Latence, Potentiel du nerf auditif, puis on a les relais II : Noyau cochléaire

  1. : COS
  2. : Noyau du lemnisque latéral
  3. : ample,absorbe l’onde IV : Colliculus inférieur Parfois on a VI : Corps géniculé médian

Acoumétrie :

Test subjectif jugeant le type de surdité, de perception ou de transmission, se compose de :

Test de Weber : Pose de diapason sur le front, perçoit les vibrations sonores

Test de Rinne

Chess Bot