Nazih

Ce recueil d’informations a été élaboré pour aider modestement les étudiants de seconde année de Médecine dans le cadre de leurs efforts afin d’acquérir les compétences nécessaires à leur formation.

Il ne doit en aucun cas faire l’objet d’avantages pécuniaires.

Je me décharge de toute responsabilité en cas de détournement du document de sa quintessence originelle.

Allégrement, Nazih Mohamed Zakari KOUIDRAT.

Racines rachidiennes :

1 – Anatomie de la moelle épinière :*

1 – 1 – Anatomie macroscopique et protection :

Ponction lombaire : se fait en dessous de L2 pour ne pas léser la moelle épinière.

  • La moelle épinière suit le trajet de la colonne vertébrale, elle dessine ainsi deux courbures, une cervicale à concavité postérieur en lordose, et une dorsolombaire à concavité antérieure en cyphose.
  • Elle présente également deux élargissements (renflements), un cervical et un lombaire en rapport avec l’innervation des membres supérieur et inférieur. La moelle épinière se termine par le cône médullaire qui donne la queue de cheval, un amas de racines descendantes lombosacrées.

1- 2 – Anatomie sur une coupe transversale : *

 

1 – 3 – Les racines rachidiennes (spinales) :*

    • Disposition :
  • Ce sont des racines nerveuses. Elles émergent de chaque côté de la moelle épinière et sont au nombre de 31 paires, on a donc de chaque côté: 8 nerfs cervicaux (C1 à C8), 12 thoraciques (T1 à T12), 5 lombaires (L1 à L5), 5 sacrés (S1 à S5), et 1 coccygien (Co1) qui est absent chez 5% de la population. Chacun de ces nerfs émet deux racines : une antérieure motrice, et une postérieure sensitive. Les deux racines, antérieure et postérieure, s’unissent en aval du ganglion spinal pour former le nerf spinal au niveau du trou de conjugaison.

RQ : un ensemble de corps cellulaires situé en dehors du SNC est appelé ganglion alors qu’un même ensemble situé dans le SNC est appelé noyau ou centre.

2 – Méthodologie utilisée pour l’étude des racines spinales :

2 – 1 – Expériences de sections :

RQ : noter que lors de l’expérience numéro 3 l’animal souffre (réaction douloureuse).

NB : Section du nerf de conjugaison ou Racine Post => Stimulation Racine Ant => pas de douleur

2- 2 – Expériences de stimulations :

Conclusion :

  • Loi de BELL et MAGENDIE :
    • Racines antérieures : motrices et efférentes (médullifuges).
    • Racine postérieures : sensitives et afférentes (médullipètes).

Conclusion :

SHERWOOD

Remarque :

  • Les Fibres aberrantes : fibres sensitives qui entrent par la racine ant (soma dans la racine ant).
  • Les Fibres récurrentes : fibres sensitives qui pénètrent dans la racine ant, puis rebroussent chemin et se dirigent vers la moelle épinière par la racine post.

Caractéristique de chaque racine :

3- Caractère métamérique de l’innervation radiculaire :

Métamère : correspondance entre une racine rachidienne et une partie du corps.

Méthodes de détermination :

      • Méthode principale : technique de la sensibilité persistante (méthode de SHERRINGTON) : consiste à la section de plusieurs racines dorsales au-dessus et au- dessous de celle dont on doit déterminer le dermatome. On aura donc une zone de peau sensible (dermatome à étudier) « suspendue » au-dessus et au-dessous de deux zones insensibles aux différentes stimulations.
      • Méthode de strychninisation : la strychnine est un stimulant neuronal. En recherchant les « spikes » strychniques spontanés, on peut délimiter les régions dans lesquelles se rendent les prolongements des neurones excités.
      • Méthode de l’infection virale par le Zona : le virus est intégré à un certain ganglion spinal correspondant au nerf spinal dont on veut déterminer le dermatome. Le virus va remonter les voies nerveuses jusqu’à la peau provoquant une éruption cutanée caractéristique et limitée au dermatome étudié.
    • Importance clinique : la détermination des dermatomes et leur connaissance permettent de localiser les atteintes radiculaires (traumatiques, inflammatoires, dégénératives, tumorales…) à partir des signes cliniques présentés par le patient.

4- Nature des fibres contenues dans les racines rachidiennes :

o Racine antérieure :

  • Efférentes :
    • Vers les fibres musculaires striées squelettiques (somatomotrices) :
      • Aα [alpha] : Unités motrices.
      • Aγ [gamma] : Extrémités du FNM.
    • Vers les fibres efférentes végétatives (viscéromotrices) :
      • B : Fibres préganglionnaires.
  • Afférentes (voie de la Somesthésie) :

o Racine postérieure (voie de la Somesthésie) :

    • Myélinisées de gros diamètre (Mécanorécepteurs de bas seuil) :
      • Aα/ I : Afférences du FNM et de la Vision.
      • Aβ / II : Afférences Cutanées (tactiles).
    • Myélinisés fines (seuil élevé (nociception)) :
      • Aδ/III : afférences cutanées (thermiques et douleur rapide).
      • C /IV : Afférences cutanées (douleur tardive).
    • thermorécepteurs de bas seuil (chaud/froid).

Remarque :

SOMESTHÉSIE : Sensibilité corporelle (cutanée et interne), par opposition aux fonctions sensorielles (organes des sens). Ce cours va être étudié ultérieurement.

Sources : Manuels : MARIEB, SHERWOOD, KANDEL and SCHWARTZ, Cours : Dr TOUMI, Dr BENSLIMANE, Dr HASBOUN, notes : M.MENACER et de Y.AFIR.

 

Chess Bot