Résumé 10 pages

Généralités sur les tumeurs

I)Introduction :

Les anomalies de l’équilibre de l’homéostasie tissulaire (prolifération, différenciation, sénescence et la mort cellulaire programmée) aboutissent à une accumulation des cellules et formation d’une Tumeur : toute aug de volume localisée déformant un organe ou un tissu.

Def : Tumeur (néoplasie ou néoplasme) est la prolifération cellulaire excessive aboutissant à une masse tissulaire ressemblant +/- au tissu normale homologue (adulte ou embryonnaire) ayant tendance à persister et à croître, témoignant de son autonomie biologique.

Caractères d’une Tumeur : prolifération qualitative et quantitative anormale, accroissement excessif incoordonné, biologiquement autonome.

Classification : Selon l’organe ou tissu d’origine, type histologique (C normale dont la tumeur semble dériver), caractère bénin ou malin.

Notion de clonalité : clone est un ensemble de C dérivées d’une seule cellule initiale ; une tumeur peut être Polyclonale

(à partir d’un groupe de C), Oligoclonale (à partir de qlq C) ou Monoclonale (à partir d’une seule C).

Nomenclature : le nom d’une T se compose d’une racine et suffixe :

Racine Suffixe
Adéno : T glandulaire. Rhabdomyo : T musculaire striée. Leiomyo : T musculaire lisse. Ome : T bénigne (SAUF : lymphome, mélanome et séminome sont des TM ).

Matose : T multiples ou diffuse. Carcinome : T maligne épithéliale. Sarcome : T maligne conjonctive. Blastome : T embryonnaire.

La différenciation tumorale : est la tendance d’un tissu tumorale de reproduire la structure et la fonction du tissu normale : Bien différenciée (ressemble 100% au tissu normale), Peu différenciée (ressemblance lointaine), Indifférenciée ou anaplasique (impossible de préciser la différenciation T).

R ! Il y a des Pseudotumeurs d’origine :

  • Inflammatoire : réaction inflam chronique, chéloïde, bourgeon charnu, réaction à corps étranger,
  • Réponse à des stimuli hormonaux,
  • Troubles malformatifs : Choristome = Hétérotropie (présence dans un tissu de C qui sont abs normalement), Hamartome (quantité excessive ou disposition anormale dans un tissu de C qui y existent normalement)

II)Tumeurs bénignes et malignes :

T Bénignes T Malignes
Bien limité Mal limitée avec des foyer de nécrose et d’hémorragie.
Encapsulée (facilité de l’exérèse) Non encapsulée
Différenciée +/- différenciée (différenciation aberrante)
C régulières de morphologie normale C irrégulières volumineuses
Croissance lente (évolution favorable) Croissance rapide (évolution vers la mort en abs de trt)
Refoulement sans destruction du tissu voisin (sont Expans Détruisent et envahissent l’organe ainsi les tissus voisins
Pas de récidive locale après exérèse complète Récidive possible après exérèse supposée totale
Pas de métastase (Locale) Métastase (à distance).

Limites de distinction entre TB et TM :

  • Certaines TB sont mal limitées (localement invasives) infiltrant les tissus de voisinage et récidivent après exérèse « T d’agressivité locale » (fibromatoses).
  • Il existe un continuum entre certaines TB et TM, ce passage se fait par un phénomène « Progression tumorale » qui correspond à l’acquisition progressive par la tumeur d’un phénotype de malignité (adénome colique et adénocarcinome colique).
  • Certaines TM sont locales et ne donnent pas de métastase « T à malignité locale » (carcinome basocellulaire).
  • Parfois on ne peut affirmer la nature d’une T que par la survenue de métastase ou pas (T corticoSR).

Composition d’une TM :

  • Stroma : tissu de soutien fait de C qui ne présentent pas les anomalies génétiques des C tumorales et de substance dans la quelle se situe la vascularisation tumorale.
  • C tumorales : présentant des modifications génétiques aboutissant à modifier :

Morphologie : anisocytose (inégalité de taille des C),, anisocaryose (inégalité de taille des noyaux), anisochromie (inégalité de coloration des GR), aug du rapport nuléocytoplasmique, nucléoles volumineux, anomalies des mitoses. Comportement en culture : perte d’adhésivité, perte d’inhibition de contact (pas d’arret des mitoses » chevauchement), caractère éternel (nécessite un milieu nutritionnel).

Membrane : composants, perturbation des interactions Caire contrôlant la croissance, acquisition de new Ag de surface. Signaux régulateurs interC : perte de la capacité de régulation interC, acquisition de new facteurs de croissances (facteurs de croissance autocrine = stimule l’activité mitotique de la C tumorale productrice du facteur).

Fonction : peut être conservée, perdue ou remplacée par une nouvelle (production des marqueurs tumoraux : ACE, AFP ou α-foetoproteine, HCG, HPL,…)

R ! Dans le cancer des seins, on utilise un antihormone (Tamoxifène) qui bloque les recep hormonaux de la C cancéreuse inhibant ainsi sa croissance et la rendant insensible aux actions des hormones.

III)Evaluation du pronostic des cancers :

Le grade (degré de différenciation) : il est défini différemment selon l’organes considéré, se fonde sur des critère histologiques tels que le degré de différenciation tumorale, activité mitotique, extension de la nécrose, atypies cyto- nucléaire.

Le stade (degré d’extension) : selon le système TNM : taille de la T et/ou son extension (T), dissémination aux GG (N), présence ou abs de métastase (M). Chaque lettre est suivie de chiffre (0 à 4) ou X en cas d’impossibilité d’évaluer, ces chiffres peuvent etre suivis d’une lettre. Enfin on détermine le stade (ex: adénocarcinome colique T3N1aM0 = stade IIIB). Marqueurs pronostiques : par immunohistochime, pour préciser le pronostic spontané ou prévoir une réponse à un trt.

IV)Diagnostic anatomopathologique :

A pour but de préciser : type histologique, agressivité et pronostic, capacité à répondre aux trt.

Les Prélèvement :

  • Cytologique : frottis, aspirations bronchique… Non invasif et Dc d’orientation.
  • Biopsie par endoscopie : peu invasif, pour un Dc, Résultat fiable et permet d’entreprendre le trt.
  • Biopsie d’organes profonds : alternative pour les organes pleins.
  • Prélèvements chirurgicaux : invasif, pour le Dc et les résection à but thérapeutique, fournir plus d’infos.

Diagnostic morphologique :

  • Cytologique : coloration MGG, IHC,…
  • Coupes histologiques : coloration HE, HC, techniques complémentaires.

Immunohistochimie : permet de préciser la nature des tumeurs peu différenciées, origine des métastases, la nature des filaments intermédiaires du cytosquelette des C.

Biologie moléculaire : Dc, pronostic, prévoir la réponse à une thérapie ciblée, diagnostiquer une prédisposition à dvlp un cancer.