Résumé Lydia Tadjadit 2016-2017

OREILLE

I-Généralités et rappels :

A-Définition :

L’oreille est un organe des sens secondaire ; on la définit comme étant un organe audio-vestibulaire permettant :

La perception des sons : grâce aux phono-récepteurs (extérocepteurs) qui transmettent mécaniquement et traduisent en influx nerveux les vibrations de l’air ambiant.

Le maintien de l’équilibre : grâce aux stato-récepteurs (intérocepteurs) qui enregistrent les variations de l’accélération.

B-Rappel anatomique :

c-Développement embryologique :

1-Oreille interne :

-L’ébauche embryonnaire est d’origine épiblastique, et évolue en 3 stades :

  • Placode auditive : 3ème semaine.
  • Fossette auditive : invagination de la placode.
  • Vésicule auditive (otocyste) : fin de la 4ème semaine, la fossette se détache de l’épiblaste et s’isole dans le mésenchyme sous-jacent en tant que vésicule auditive.

R! 2 amas de neuroblastes apparaissent dans la région inféro-interne de l’otocyste : ganglions de Corti et de Scarpa.

Organogenèse

Evolution de l’otocyste :

-Chaque vésicule auditive se divise en deux parties (vers la 5ème semaine) :

    • Partie dorsale : donne l’utricule, les canaux semi-circulaires et le canal endolymphatique.
    • Partie ventrale : donne le saccule et le canal cochléaire.

R! 6ème semaine :

    • A partir de l’ébauche utriculaire : se mettent en place, sous forme d’évagination, les canaux semi-circulaires.
    • A partir du pôle inférieur du saccule : prend naissance le canal cochléaire (qui donnera par la différenciation de l’épithélium de sa paroi inférieure : l’épithélium de Corti).

2-Oreille externe :

Conduit auditif externe :

-Se forme à partir de la première poche branchiale ectoblastique. Il s’enfonce jusqu’au revêtement entoblastique du récessus tympanique.

3-Oreille moyenne :

-Dérive de la première poche entoblastique : diverticule dont l’extrémité s’élargit pour former la caisse du tympan. La partie proximale donne la trompe d’Eustache.

D-Histologie des tuniques de l’oreille :

1-Oreille externe :

*Pavillon: squelette de cartilage élastique recouvert par le derme cutané.

Epithélium pavimenteux stratifié kératinisé avec follicules pileux et glandes sébacées (produisent du sébum).

R! Tissu adipeux au niveau du lobule richement vascularisé.

*Conduit auditif externe :

1/3 externe

-Paroi cartilagineuse.

-Tégument épais riche en poils, renferme des glandes sébacées et des glandes sudoripares apocrines (les glandes cérumineuses sécrétant le cérumen).

2/3 internes -Tégument fin dépourvu de poils et de glandes, repose directement sur la surface osseuse du conduit.

R! L’accumulation du cérumen peut former de véritables bouchons venant obstruer le conduit.

2-Oreille moyenne :

-Composée de la caisse du tympan qui est une cavité remplie d’air, contenant 3 petits osselets.

-Limitée :

    • En avant : par la trompe d’Eustache.
    • En arrière : par les cavités mastoïdiennes.

-Séparée du conduit auditif externe par la membrane du tympan.

-Communique avec l’oreille interne par 2 orifices fermés par de fines membranes conjonctives :

    • La fenêtre ovale : s’ouvre dans la rampe vestibulaire de la cochlée.
    • La fenêtre ronde : s’ouvre dans la rampe tympanique de la cochlée.

R! Ces 2 orifices jouent un rôle important dans le processus de transformation des vibrations acoustiques en vibrations mécaniques qui seront transmise dans l’oreille interne.

*Tympan :

-C’est une membrane fibreuse épaisse et résistante entourée par un bourrelet fibro-cartilagineux qui s’insère dans une rainure semi- circulaire.

-3 osselets et 2 petits muscles striés à commande involontaire :

    •  Marteau enclume et étrier.
    • Tenseur du tympan (muscle du marteau) et muscle stapédien.

R!Leur rôle est de transformer les ondes acoustiques en ondes vibratoires et de les acheminer vers l’oreille interne.

-L’ensemble de l’oreille moyenne est tapissée par un épithélium cubique simple sauf au niveau de la trompe d’Eustache où l’épithélium est respiratoire cylindrique pseudo-stratifié cilié.

3-Oreille interne :

    • Le limaçon membraneux est relié au saccule par le canal de HENSEN ou canalis reuniens.
    • Le labyrinthe membraneux (situé dans le labyrinthe osseux) renferme l’endolymphe (similaire au liquide intracellulaire, riche en K+ et pauvre en Na+).
    • Le labyrinthe osseux contient la périlymphe (pauvre en K+ riche en Na+).
    • Toute l’oreille interne est revêtue par un épithélium pavimenteux simple ou cubique.
    • Sauf au niveau des récepteurs neurosensoriels tels que :
      • les macules au niveau de l’utricule et du saccule.
      • l’organe de Corti au niveau de la cochlée.

E-Innervation :

-Les fibres afférentes des récepteurs vestibulaires et cochléaire ont leur corps cellulaire respectivement dans le ganglion vestibulaire de Scarpa et de Corti (organe des sens secondaire). Les axones forment le nerf auditif.

-Le premier relais se fait dans les noyaux vestibulaires bulbaires.

EQUILIBRE

I-Définition et topographie :

-L’organe de l’équilibration est un organe des sens secondaire, c’est un stato-récepteur.

-Il est situé au niveau de l’oreille interne, plus précisément au sein du vestibule membraneux lui- même contenu dans un vestibule osseux.

II-Etude morphologique et structurale :

    • Les canaux semi-circulaires sont disposés selon trois plans :
      • Le canal semi-circulaire supérieur : frontal.
      • Le canal semi-circulaire postérieur : sagittal.
      •  Le canal semi-circulaire externe : horizontal.
    • Chaque canal semi-circulaire possède une extrémité non ampullaire et une extrémité ampullaire. Cette dernière est le siège d’une différenciation épithéliale : la crête acoustique. La crête acoustique est orientée perpendiculairement au grand axe de l’ampoule.1
    • Le vestibule membraneux est donc constitué de deux vésicules : le saccule et l’utricule. Ils sont réunis par 2 petits canaux qui se rejoignent pour former le canal endolymphatique qui se termine par un cul de sac au niveau de la dure mère du rocher (os du rocher).
    • Chacune de ces deux vésicules est porteuse d’un épithélium sensoriel appelé : la macule (tâche acoustique). L’on retrouve donc une macule sacculaire et une macule utriculaire perpendiculaires l’une à l’autre.

¹Notion importante pour comprendre la physiologie des crêtes acoustiques

 

III-Etude histologique :

A-Le labyrinthe membraneux :

En MO :

1-Vestibule membraneux :

Epithélium -Simple, cubique ou aplatie sauf au niveau des zonessensorielles (crête/ macule).
Lame conjonctivo-vasculaire
    • Des histiocytes (macrophages).
    • Des cellules pigmentaires.
    • Fibres : de collagène, élastiques et nerveuses.

2-Différenciations sensorielles :

Epithélium sensoriel Epithélium cylindrique unistratifié :

    • Cellules ciliées (cellules sensorielles accessoires).
    • Cellules de soutien.
Membrane conjonctivo-vasculaire
    • Capillaires sanguins.
    • Fibres nerveuses.
Membrane otolithique

L’épithélium sensoriel est surmonté de :

Macule : une cuticule qui flotte dans l’endolymphe. C’est une substance gélatineuse dense traversée par des canalicules logeant les longs poils des cellules sensorielles accessoires. Elle renferme des concrétions calcaires ou otolithes (d’où le nom de membrane otolithique).

Crête : une cupule qui flotte dans l’endolymphe. C’est une substance géliforme traversées par des canalicules logeant les longs poils des cellules sensorielles accessoires. Dépourvue de concrétions calcaires.

B-Les cellules ciliées :

1-Variétés de cellules ciliées :

-Selon la forme et l’innervation, l’on distingue 2 types de cellules ciliées :

Cellule de type I

    • En bouteille (vase)
    • Terminaison en calice (agranulaire)
Cellule de type II

    • Cylindrique
    • Terminaison en bouton (granulaire/agranulaire)

2-Caractéristiques structurales de la cellule ciliée :

MO :

Pôle apical Cuticule hérissé de poils.
Corps cellulaire Noyau, cytoplasme riche en chondriosome.
Pôle basal Séparée de la vitrée par les pieds des cellules de soutien et parles terminaisons nerveuses.

ME :

Cuticule Apicale granuleuse dense, traversée par des stéréocils, dont un est un véritable cil vibratile, reposant sur un corpuscule basal ; occupant une position périphérique asymétrique.
Matrice cytoplasmique Riche en organites (chondriosomes) qui prédominent dans les régions sous-cuticulaire, supra-nucléaire et infra-nucléaire.
Bâtonnets synaptiques Au niveau des contigüités entre les cellules ciliées et les terminaisons nerveuses, ou zones synaptiques, le cytoplasme cellulaire comporte des différenciations particulières appelées : bâtonnets synaptiques.Chaque bâtonnet et appliqué perpendiculairement à la membrane cellulaire, entouré d’une couronne de microvésicules.

IV-Innervation :

-L’organe de l’équilibration est innervé par un double système de fibres nerveuses :

Fibres afférentesAgranulaires Ce sont des dendrites des neurones bipolaires du ganglion deScarpa.
Fibres efférentesgranulaires D’origine bulbaire exerçant un contrôle régulateur sur l’appareil del’équilibration.

V-Cytophysiologie :

Macules acoustiques
Utricule Variations lentes de pression Organe des sens baresthésique
Saccule Direction de pression Organe des sens Siesthésique
Crêtes acoustique : sens des pressions

VI-Corrélation clinique :

Vertige :

-Trouble de l’équilibre par dysfonctionnement du système vestibulaire (infection virale, certains médicaments, neurinome acoustique).

Audition

I-Définition et topographie :

-L’organe de l’audition est un organe des sens secondaire, c’est un phono-récepteur.

-L’organe de Corti (organe de l’audition) est situé dans le canal cochléaire (ou limaçon membraneux) contenu dans le limaçon osseux.

II-Anatomie microscopique :

A-Limaçon osseux :

    • La columelle : le limaçon osseux est un tube creux, enroulé autour d’un axe conique : la columelle.
    • La lame spirale : se détache de la columelle et cloisonne partiellement la cavité du limaçon osseux. Elle est creusée par un canal spiral occupé par le ganglion de Corti.
    • Le canal cochléaire : se situe entre le bord externe libre de la lame spirale et la paroi osseuse du limaçon (lame des contours).

-La cavité du limaçon osseux se trouve alors divisée en rampe vestibulaire et en rampe tympanique.

B-Le canal cochléaire :

-De section triangulaire présente 3 parois à décrire :

Paroi supéro-interneRépond à la rampevestibulaire Membrane de Reissner tendue du ligament spiral à la bandelette sillonnée (recouvre la face sup de la lame spirale).
Paroi externeRépond à la lame des contours Ligament spiral recouvert d’unépithélium vascularisé : strie vasculaire.
Paroi inférieure Répond à la rompe tympanique
  • Bandelette sillonnée : portion interne.
  • Membrane basilaire : portion externe.

C-L’organe de Corti :

-C’est un dispositif sensoriel différencié à partir de l’épithélium recouvrant la paroi inférieure du canal cochléaire (c.à.d. la membrane basilaire et la bandelette sillonnée).

R! Ce dispositif est séparé du reste de l’épithélium indifférencié par des sillons :

    • Le sillon spiral externe.
    • Le sillon spiral interne.

III-Etude histologique de l’organe de Corti :

-En MO, l’organe de Corti apparait formé de 3 constituants :

Epithélium sensoriel (cellules auditives et cellules de soutien).
Membrane basilaire supportant cet épithélium sensoriel.
Membrane recouvrante : membrana tectoria.

*Epithélium de l’organe de Corti :

1-Tunnel de Corti :

-Tunnel limité par des cellules ou piliers de Corti.

-Disposés sur des rangs : l’un interne et l’autre externe.

-Ces cellules reposent par leurs pieds sur la membrane basilaire.

2-Cellules auditives (cellules ciliées) :

-Cellules sensorielles accessoires. L’on distingue des cellules auditives internes et d’autres externes.

3-Cellules de soutien :

4-Les fibres nerveuses :

-Gagnent l’épithélium à partir de la lame spirale.

*Cellules auditives :

En MO :

Corps cellulaire Allongé, parfois en forme de dé à coudre.
Noyau Strié au pôle basal de la cellule.
Pôle apical Coiffé d’un plateau cuticulaire, portant des stéréocils auditifs,rigides, immobiles atteignant la membrana tectoria.

En ME :

-Les cellules auditives offrent à décrire au moins 3 éléments de structure, impliqués dans les processus de déclenchement et de transmission de l’incitation :

Stéréocils Microvillosités non vibratiles.

Avec : une racine intra-cuticulaire et une tige en contact intime avec la membrana tectoria.

La stimulation des stéréocils est le point de départ de l’incitation.

Système de tubules et delamelles A disposition périphérique dans la matrice cytoplasmique, prédominant dans la portion supra nucléaire.

Ce système tubulo-lamellaire intervient dans la transmission de la stimulationcellulaire.

Différenciations synaptiques En forme de citerne ou de bâtonnet.

Au niveau des zones de jonctions neurosensorielles (synapses entre cellules auditives et terminaisons nerveuses).

Situées généralement vers le pôle basal de la cellule.

Ces organites sont impliqués dans la terminaison de l’excitation cellulaire.

IV-Innervation :

*Fibres nerveuses :

-Les cellules auditives sont innervées par un double système de fibres :

Des fibres afférentes(Agranulaires) Ce sont les dendrites des neurones bipolaires du ganglion de Corti.
Des fibres efférentes (granulaires) D’origine bulbaire (appartenant au faisceau olivo-cochléaire afférent croisé)

-L’ensemble de ces fibres nerveuses est compris dans le tronc du nerf auditif (VIII).

-Les terminaisons nerveuses gagnent l’épithélium sensoriel en cheminant dans l’espace de Nuel.

-L’aspect granulaire ou agranulaire décrit est lié à l’abondance de microvésicules synaptiques dans le neuroplasme des terminaisons nerveuses.

-Espace de Nuel : cet espace est délimité par la base des cellules auditives et les cellules de Deiters.